dimanche 25 novembre 2018

Spitfire 1.60m Freewing Suite & Fin

Le plus beau Warbird de tous les temps (pour moi !) a enfin pris son envol samedi 24 après midi à Herm.
Mais avant tout, revenons sur la fin du montage:

J'ai fait un lot de petites modifications pour fiabiliser un kit chinois déjà très bien conçu à la base.

* La carte pcb de distribution de l'aile a failli finir dans la Poubs mais je l'ai gardée uniquement pour gérer le Flash blanc situé derrière le cockpit.

Il ne faut pas hésiter à remplacer ces cartes par une simple prise multiplex.

* Sur la prise Multiplex, j'ai câblé:
- 1 voie => Ailerons
- 1 voie => Volets
- 1 voie => Train D
- 1 voie => Train G
- Le + commun
- Le GND commun
Le + et le GND servent aussi pour alimenter les 2 Led de positions en bout d'aile.

Pourquoi une voie par train ?
Pour pouvoir programmer une cinématique séquentielle du plus bel effet mon Lieutenant !



* J'ai ensuite ajouté le duo qui cartonne, le récepteur S8R et la télémétrie FLV FS pour la surveillance du Lipo.
Le S8R est génial pour son Gyro natif et le FLV FS pour sa précision dans le retour des tensions de chaque élément.
Les éléments ont été collés au double face dans le fuseau avec des supports imprimés.
Mais comment faisait on avant ???? ;-))



 
* Pour éviter que le Lipo ne défonce le support moteur, j'ai ajouté une grille imprimée.









* Switch Arrêt ou ralenti Moteur
Le moteur démarre "doucettement" avec une rampe d’accélération lente.
Je garde ainsi un filet de gaz durant tout le vol, même avec le stick des gaz à 0.

* Les 4 pales ont été équilibrées 2 par 2 par ponçage, le résultat donne des vols silencieux et un meilleur rendement.

*  Ces modèles en mousse EPO ont une finition de plus en plus surprenante de réalisme, mais la surface peut être marquée assez facilement pendant le transport.
L'idéal est de caler ces fuselages dans des supports bon marchés et faciles à réaliser en tube de 40 et plaques de Styro, de plus, il facilite le montage au terrain.














   Brides imprimées
 
Le premier vol s'est déroulé sans les accessoires maquettes (canons, antennes...)


Le taxiage est délicat, une correction de trop et l'oiseau peut finir sur l'aile avec un 180°,
mais en accélérant progressivement tout en tenant le cap, il lève la queue trop facilement (signe d'un CG trop avant) et s'arrache en quelques dizaines de mètre a mi-gaz.
L' avion a tendance à piquer (signe d'un CG trop avant) et je vois de suite que les débattements sont trop importants.
une bonne correction de trim à cabrer, switch en petit débattement, et c'est beaucoup mieux.
le centrage conseillé de 95 (trop avant), le mien de 97 est encore trop avant, il mérite un petit 100,
à vérifier avec les forums.
Le réglage du roulis est parfait, le stab nécessite 10% d'expo.
Après les premiers réglages effectués, hop, je pars sur un deuxième vol avec le même Lipo, et là, je peux enfin profiter du joujou.
les trajectoires sont tendues et propres, la réserve de puissance est "Laaargement" suffisante par rapport à mon P51.
Un modèle au comportement réaliste et très sein qui permet de voler bas avec des passages à l' Anglaise sympas.
L'autonomie avec un Lipo 6S 5000 50C est confortable et autorise des vols de 10min.
L'atterrissage, comme tout warbird se présente volets baissés, on pique légèrement le nez vers la piste
et à 1m du sol on refuse la piste en redressant le fuselage à l'horizontale.
Ce Spit se prête bien à cet exercice.

Photo MotionRC

Photo MotionRC






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire